Quelle-Suite.com

Entre deux ères

Genre : Anticipation

Chapitre 4

Il longea le cinéma puis l'hôtel ; la foule s'était déjà dispersée.

Le cabaret était bien situé et jouait la carte de la sobriété : une architecture discrète ornée de quelques lettres noires sur fond rouge. L'homme au costume strict le salua, puis lui ouvrit la porte avec un sourire avenant.

Une fois à l'intérieur, sa conscience se rebella violemment. Il eut tôt fait de la maîtriser, sans toutefois s'épargner quelques pensées parasites. Une famille abandonnée. Une épouse inquiète. Ses enfants.

Qu'importe, pensa-t-il avec agacement.

Les lieux baignaient dans une lueur sombre, mais ses yeux s'en accommodèrent bien vite. À sa gauche, une brune tout de noir vêtue lui souhaita la bienvenue.

« Connaissez-vous nos règles ? » demanda-t-elle d'une voix sucrée.

Il acquiesça.

Elle s'avança alors vers lui, prit sa veste et lui donna un ticket – numéro 413.

Un rideau en velours rouge séparait les vestiaires de la salle principale où serpentait un imposant tentacule noir ébène. Il s'arrêta un instant pour jauger les lieux.

Une salle bondée. Bruyante. Sur scène, une troupe de danseurs aux visages atroces divertissait la clientèle. Plus en retrait, un orgue portatif crachait une flopée de mélodies répétitives aux subtiles variations – une litanie sonore presque transcendante. Assis sur les innombrables ventouses du tentacule, des gens de tout âge.

Il se dirigea vers le bar et prit place sur l'un des derniers sièges. Son voisin de gauche – un sexagénaire au cheveu poivre et sel – sirotait une boisson excessivement colorée ; lui commanda le breuvage maison.

Le siège du vieil homme s'illumina à l'instant même où il vida son verre. Un rouge de braise. Il se leva avec enthousiasme, puis s'installa à une table auréolée de cette même couleur. Trois autres personnes vinrent bientôt l'y rejoindre – une cinquantenaire et deux adolescents.

Le mur du fond était recouvert d'un cadran numérique semblable à une plaque de verre. Les lueurs rouges s'éteignirent ; le compteur du cadran se réinitialisa. Chiffres noirs sur fond translucide.

300 secondes.

La musique muait tel un serpent sonore (il buvait). Lentement.

Les danseurs ; le public. 230 secondes. En transe ; applaudissements. Une nouvelle gorgée (123 secondes) et un goût de fleur en bouche. Agréable... 80. Chorégraphie lascive ; florilège de sourires.

Il faisait chaud.

Une lueur bleue l'enveloppa. Verre en main, il se dirigea vers le renfoncement droit de la salle et y emprunta un large escalier en colimaçon. Au nombre de quatre, chacun donnait accès aux balcons surplombant la salle. Un par étage.

Une table pour deux personnes était drapée d'un manteau de lumière bleu céruléen. Il y posa son verre (à demi plein) et les quelques glaçons survivants s'entrechoquèrent en silence. Les fauteuils étaient en cuir noir. Il prit place.

Soudain, des talons aiguilles frappèrent le bois avec assurance. Ils venaient dans sa direction. Un parfum indéfinissable l'enveloppa et le manteau de lumière se dissipa.

Un œil cerclé de pourpre l'examinait en détail. Lui décida de l'ignorer.

« Je ne pensais pas revoir un jour une expression comme la vôtre », confia l'inconnue après un long silence.

Surpris, il lui porta enfin attention. Un visage clair partiellement dissimulé par une épaisse mèche rousse, un grain de beauté subtilement placé, un regard profond...

« Combien d'années ? ajouta-t-elle en désignant son alliance.

— Bientôt sept, répondit-il.

— Et votre épouse sait-elle que vous êtes ici ? souffla-t-elle en se penchant légèrement vers lui.

— Pas plus que votre mari je suppose. »

Elle rit de bon cœur, puis réajusta sa mèche.

... des mains fines parfaitement manucurées, une dentition éclatante.

« C'est votre première fois ici ?

— Seconde », corrigea-t-il aussitôt.

En contrebas, quelques lueurs jaunes apparurent – les plus rares. L'inconnue l'observait de nouveau en silence tout en laissant glisser son index droit le long d'un verre presque vide. Lui scrutait la scène et ses horribles danseurs.

« Qu'est-ce qui vous obsède tant chez eux ? reprit-elle enfin.

— Ils sont tout ce que nous nous refusions à être par le passé, répondit-il sans cesser de les observer.

— Nous ? Seriez-vous également artiste ?

— Plus selon la définition de notre époque », révéla-il avec regret.

Son visage était devenu subitement inexpressif et son regard vitreux.

Quelle suite ? (23 votes)

  • « La mélancolie ! Tous mes patients en rêvent... et a priori vous seul l'avez trouvée ! » s'enthousiasma-t-elle. (12 votes, suite retenue)
  • « Je côtoie les morts à longueur de journée, et même eux semblent plus heureux que vous », s'étonna-t-elle. (11 votes)
AddThis Social Bookmark Button